dimanche 20 juillet 2014

Changyuraptor


La province du Liaoning n'en finit plus de nous livrer ses merveilles!


Découvert en 2012, un nouveau squelette fossile de dinosaure à quatre ailes a été présenté au public.
Il a de longues plumes de 30 cm au bout de la queue.


Il mesure 1,30 mètre de long et semble être capable d'utiliser ses plumes pour voler, planer ou au moins pour freiner sa chute. Il devait chasser à l'affût perché sur des branches. 
Il est plus grand que son cousin le microraptor dont le secret de la couleur des plumes a été décodé: il avait des plumes noires avec des reflets bleus iridescents.

1 an de vie bien rempli

Il y a  un peu plus de 1 an, nous inaugurions Xploria, au Mas-d'Azil, un musée parc dédié à l'évolution des espèces animales et végétales. Nous avons fêté il y a 2 jours notre 10 000 ème visiteur.
 Cette aventure formidable a profondément changé ma vie et élargi mon champ d'activités.

Commençons par l'illustration, j'ai produit en un peu plus d'un an, des milliers de crayonnés, de plans, de dessins, d'aquarelles de toutes sortes.

illustration réalisée pour la conception du projet


Quelques mois plus tard, l'atelier fonctionne

Ce travail  énorme m'a amené à la rencontre de toutes ces périodes de l'évolution que je connaissait bien sûr, mais pour lesquelles il a fallu un gros travail afin produire tout un fond iconographique cohérent.


hypsilophodon, petit dinosaure européen

Les nouvelles découvertes faites ces 10 dernières années ont ouvert un nouvelle porte sur l'aspect et le comportement des dinosaures.

étude, pour Guanlong, découvert récemment en Chine

Certaines de ces illustration servent de fond pour les 33 vitrines, 33 étapes marquante de l'évolution du vivant.

vitrine cambrien

Toumaï

Près d'une centaine d'illustrations botaniques viennent compléter la présentation des différents espaces  de reconstitutions.
sérapia lingua, une espèce locale d'orchidée présentée au cours de la visite

Certaines  illustrations ont étés agrandies et imprimées sur de grandes toiles afin de  présenter ces animaux en taille réelle.

C'est aujourd'hui un vrai bonheur pour moi de travailler avec les supports pédagogiques créés tout spécialement.

Un an après les premières esquisses, les animaux, les plantes, les ponts sont là ainsi que les visiteurs!  les espaces imaginés quelques mois plus tôt existent enfin!

Une année de joies et de difficultés, une année de rires et de larmes, une année pleine!


Une année dans la forêt de Castagnès, témoin d'une biodiversité extraordinaire qui n'en finira jamais de m'émerveiller. Quelle joie chaque jour depuis deux mois de voir les jeunes écureuils gambader dans les pattes de notre tricératops.
Il y a aussi de nombreux oiseaux qui nichent, bien aidé par tous les nichoirs et abris que nous avons installés pour eux. Mésanges, coucous, faucons, pics, chouettes fréquentent le parc au quotidien.

Plus rares à observer, nous croisons aussi la route d'autres mammifères, les martres, les belettes ou les blaireaux, ont aussi élu domicile dans les environs.

La création d'une marre en bordure du bois a ouvert un nouveau couloir pour la faune qui a très rapidement colonisé ce nouveau milieu. De nombreuses espèces se reproduisent aujourd'hui dans ce nouveau lieu, libellules, grenouilles, dytiques, sans compter la quantité d'espèces qui fréquente ce lieu protégé.

Cette nouvelle vie m'a amené à modifier mes projets, mais malgré le peu de temps disponible, j'ai travaillé avec Marc Azéma pour 2 sites majeurs de la préhistoire Ariégeoise que sont la grotte du Mas-d'Azil et le parc de la préhistoire de Tarascon sur Ariège. Plusieurs tournages efficaces, on a travaillé dans la neige, en altitude, en grotte et en studio, avec traveling, drone et hélico! Vous pouvez désormais voir ces différents court métrages en allant visiter ces deux sites.


Parmi les nouvelles activité que je fais désormais, je me lance dans la reconstitution d'animaux et la sculpture à grande échelle! Cela me change des miniatures paléolithiques!

Un an de belles rencontres et soutien physique et moral, un an d'entraide et de pression. Je ne saurais jamais assez remercier tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à ce que ce projet se réalise.


Merci à tous!!

Si vous voulez me rencontrer, je suis désormais tous les jours de la saison présent sur le site d'Xploria, j'anime des ateliers de fouilles, des visites guidées ou des soirées spéciales. Après quelques années dans l'ombre de mon atelier, je sort enfin à la lumière, prêt à vous recevoir et à vous faire découvrir la forêt à xplorer le temps.

Parmi tous mes projets, je viens de publier quelques planches bd dans un ouvrage collectif sur les richesse historiques et préhistoriques des Pyrénées centrales. "voyage au centre des Pyrénées" aux éditions Abelio.

 Je me suis chargé d'Aurignac, site mythique!

Merci à eux pour leur confiance.

Cette année m'a coûté de nombreuses nuits blanches et une douzaine de kilo en moins, mais elle m'a tant apporté au niveau professionnel et personnel!
Pour finir ce post, un immense merci à Charlotte qui m'a aidé à croire que ce projet était possible. Cet un projet collectif, fruit de notre amour et de nos passions communes. Merci à elle qui fait tellement chaque jour pour que cette nouvelle vie est possible.

lundi 28 janvier 2013

Bonne Année 2013!

Bonjour et bienvenue à tous sur mon blog préhistoire.
Bienvenue aux nouveaux et  bienvenue aussi  aux fidèles. 
Bienvenue à vous tous qui êtes de plus en plus nombreux à visiter 
et à faire vivre ce blog.

Cette année 2013 s'annonce pour moi riche en projets.


Pour ceux qui suivent mes aventures, la reconstitution de la vénus de Lespugue en ivoire de mammouth est presque finie et sera bientôt présentée au public. Nous avons aussi filmé cette expérimentation unique, qui sera présentée au musée de Lespugue.
En fin d'année j'ai livré des reconstirutions de matériel archéologique au musée d'Orgnac en Ardêche qui devrait ouvrir ses porte en 2014.
Nous travaillons toujours avec l'Arpa et avec Nathalie Rouqueyrol à la muséographie du musée d'Aurignac qui ouvrira lui aussi ses portes en 2014.

Il y a quelques jours j'étais avec Sstephane Kowalczyk afin de réaliser une commande pour Passé Simple et de nouvelles images pour "Handa et Woopa".

Tanystropheus par moi

Mais cette année va être pour moi très importante. Après avoir vendu mes services au structures d'accueil en préhistoire, je me lance dans une nouvelle aventure.
Mon associée Charlotte Boisseau et moi, avons gagné un appel d'offre de la Communauté des communes de l'Arize, et notre projet a été retenu. Je vous présente donc le Musée-Parc Xploria, qui ouvrira ses portes au Mas d'Azil au printemps et vous amènera à la découverte de l'évolution des espèces vivantes, animales et végétales.

Nous sommes actuellement en train réaliser le contenu qui sera présenté dans 35 vitrines présentées le long d'un parcours forestier de près de 2 km dans un parc boisé de trois hectares. Deux espaces couverts accueilleront des expositions temporaires.

Nous sommes en train de créer toute la muséographie et ces deux belles bêtes ont déjà rejoint notre équipe.

Cheliderpeton sculpté par les ateliers Ophys et photographié par Mathieu Pujol

Depuis la petite poussière perdue dans l'univers jusqu'au chant des oiseaux, depuis la plus petite des cellule jusqu'au plus géant des dinosaures, depuis l'origine de la vie jusqu'aux enjeux actuels de la biodiversité. Xploria est un parc à apprendre tout en s'amusant. Fossiles originaux, reconstitutions et moulages, illustrations géantes et animaux grandeurs nature vous guideront dans cette incroyable aventure.

Smilodon Fatalis sculpté par les ateliers Ophys et photographié par Mathieu Pujol

Pour plus de confort et de découverte, le parcours sera jalonné d'aires de jeux pédagogiques d'espaces interactifs pour les plus jeunes.

Jean Clottes est le premier parrain du projet, et plusieurs personnes et structures se sont associés à nous afin de nous assister dans la réalisation de ce projet;
Mathieu Pujol, photographe animalier  est associé au projet en tant que photographe officiel et partenaire particulier de Xploria.
Les ateliers Ophys  créent des reconstitutions originales d'animaux vivants et disparus ainsi que des moulages de pièces paléontologiques.
Bernard Bertrand et les éditions du Terran nous ont déjà fourni une grande collection de nichoirs qui sera installé dans la forêt.

ouverture début Février
 Ce projet est soutenu par la Communauté des communes de l'Arize qui a investi dans de nouveaux aménagements. La Mairie du Mas d'Azil et le Conseil Général de l'Ariège soutiennent aussi le projet. 
Le Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises, Ariège initiative et bien d'autres que vous retrouverez sur notre site internet.

Parmi tous les projets de cette année, j'ai eu des petites commandes pour la grotte du Mas-d'Azil, qui après deux ans de travaux, ouvrira ses portes au printemps avec une nouvelle visite et un espace muséographique inédit présenté dans un bâtiment construite à l'intérieur même de la grotte.


Bonne année 2013 et meilleurs voeux à tous!


samedi 8 décembre 2012

à lire absolument!!!

Les fêtes arrivent... voilà des idées cadeaux que vous ne regretterez pas!

Pour commencer, il faut absolument se procurer "La guerre du feu" d'Emmanuel Roudier! C'est l'adaptation BD du célèbre et fantastique roman de Rosny Ainé. J'ai eu le privilège d'assister à la génèse de ce superbe ouvrage et j'ai adoré ça!


Merci Manu pour cette aventure incroyable! Je suis un grand fan du bouquin, et 100 ans après sa publication, voilà enfin une retranscription en images digne de son auteur.
Ceux qui n'ont pas lu le livre...
Il vous faut absolument lire cette bd....
Et ceux qui l'ont lu...
Il vous faut la lire aussi!!!
Vous allez adorer!
Monsieur Roudier a su saisir la puissance et la fibre du roman, avec pour scène d'anthologie, l'affrontement entre Aurochs et  Mammouths...
Le plus beau, c'est que vous ne ferez que commencer l'aventure car le tome 2 et en cours de réalisation, et le tome 3 sonnera le final de cette saga incontournable.
Merci  encore Manu pour ce fabuleux voyage né de ta passion et de ce texte mythique.
découvrez quelques extraits: ici

Ensuite, comment ne pas s'interresser à Lascaux... Ce n'est pas un livre de plus sur le sujet,  mais c'est l'ouvrage qui relate l'incroyable aventure depuis sa découverte, jusqu'à sa reconstitution pour l'expo  itinérante.

Les textes sont du journaliste scientiphique Pedro Lima et les photographies de son compère Philippe Psaïla. "Cet ouvrage, réalisé à l’occasion de l’Exposition internationale Lascaux, vous plongera dans le mystère de la plus célèbre grotte ornée au monde, inscrite au patrimoine de l’humanité. Il en dévoile les secrets, illustrés par de somptueuses images des reproductions qui en ont été faites.
Il raconte la découverte de Lascaux, sa fermeture au public pour en protéger les trésors, et l’histoire étonnante de ses copies successives, qui, de Lascaux II à la 3D, permettent au public d’en admirer les beautés et d’en comprendre le sens."

 J'ai eu la chance de travailler avec ces deux là, et j'ai adoré aussi!
 Je les remercie d'avoir glissé une photo de moi (version paléo), à l'intérieur de cet ouvrage incontournable. 

Merci pour votre passion et votre savoir faire, à partager avec le plus grand nombre.

en savoir plus ici



Pour finir cette patite liste, un zoom sur Priscille Mahieu qui continue de nous régaler avec ses prestations toujours aussi justes et efficaces! Elle signe ici, les illustrations du  "Pendentif de Kihia", de Michel Piquemal.


Elle réalise aussi pour OBO, la pin up du moi...J'adore!!!


Pleins d'autre infos, et d'autres pin up sur son blog: ICI

Bonnes lectures à tous...et ne dites plus que vous n'avez pas d'idée cadeau!

mercredi 10 octobre 2012

...



JOUR 1
Il est 16h00 lorsque nous nous enfonçons dans le bois. En contrebas, on peut entendre les grands mâles bramer au fond de la vallée. 



Au bout d'une dizaine de minutes, nous tombons sur une vieille connaissance : "la Tige". Nous avons déjà croisé la route de ce beau cerf en 2009 et en 2011. Son nom vient de la forme allongée de son bois gauche. 
Nous explorons le territoire qui ne change que peu d'une année sur l'autre et nous nous installons pour un affût. Trois cerfs nous entourent, mais ils se dérobent à nos regards et au regard de nos objectifs.

Un pic épeiche vaque à ses occupations sans se douter de notre présence.  Un vol de mésanges à longue queue me sort d'une léthargie contemplative.

Nous remontons à la nuit, parlant déjà de notre affût du lendemain matin. Lorsque que nous démarrons nous surprenons un chouette hulotte.


JOUR 2

Il est 6h30. On avale un café et on saute dans la voiture, direction les profondes forêts ariégeoises. Le jour se lève à peine. Tout juste la voiture est garée que nous pouvons entendre les râles des cervidés. On s'équipe de nos tenues de camouflage, et on plonge dans le sous-bois en ombres furtives. La pente est raide, mais les cervidés qui fréquentent les lieux ont façonné de véritables chemins. 



La lumière est superbe.
Toutes ces années d'observations et je n'ai pas de bonne image de cerf qui brame.
Cette année, j'en veux une.

Et soudain les choses bougent... Valentin marche devant et me fait signe de m'arrêter.

On s'accroupit sur terrain découvert. Face à nous, trois cerfs se brament les uns sur les autres.


Le moindre mouvement est interdit quand on se trouve dans le champ de vision de ces animaux.
Nos membres s'engourdissent avec des positions inconfortables et chaque appel des bêtes en rut est l'occasion d'esquisser un léger mouvement pour retrouver une position plus adéquate. 


Ils sont encore loin et prendre des images n'est pas facile. 

C'est alors qu'un bruit de course arrive de l'arrière. On se plaque au sol en espérant que "ça" va nous éviter!
 
Une biche et un jeune cerf jaillissent des fougères juste derrière moi. Ils passent à moins de deux mètres de nous. 

Nos coeurs battent à tout rompre et l'on entend les pas plus lourds de leur poursuivant. Instinctivement, nous rampons tous les deux pour se sortir du passage. On retient notre soufle mais il stoppe sa course à seulement quelques mètres. 
Sentant quelque chose, il nous contourne et se met à bramer. On est plaqué au sol. L'instant est incroyable. On se regarde, les yeux débordants de l'émotion de cette rencontre imminente.



Il sort enfin des fougères et se rapproche... Pendant plusieurs minutes, il est juste là. Il est impossible de brandir nos appareils de capture d'images... Il est trop près...


On profite de l'instant.

C'est extraordinaire.

Puis il continue sa ronde en se dirigeant vers les trois autres cerfs maintenant éparpillés. 
Mais l'un d'eux, resté sur place, ne compte pas laisser ses quartiers à ce nouvel arrivant.
Il se rapproche de nous.


Il est sur ses gardes et met en fuite son nouveau rival.
.

Il est face à nous, la lumière est parfaite...
Il choisit une nouvelle place...


Je la tiens mon image!



Cette matinée surréaliste restera pour toujours dans nos mémoires.


Nous partons manger et nous revenons sur le site vers 16h00.

Nous arrivons en faisant le moins de bruit possible dans les feuilles craquantes.
L'après-midi est magnifique, il fait même chaud. Les cerfs brament mais ne nous approchent pas... Un jeune cerf me contourne, peut-être le fuyard du matin...


Puis, face à moi, de l'autre côté du vallon, je vois du mouvement. L'animal surveille et brame. Le soleil est déjà couché et la forêt est calme. Je ne réussis que cette photo, mais je profite de sa présence à une vingtaine de mètres pendant presque une heure.


La nuit tombe et je ramasse quelques cèpes en remontant à la voiture. En arrivant à la route, nous voyons un cerf et ses biches dans le contre-jour du levé de lune.


JOUR 3 

Il fait à peine jour quand nous plongeons dans le bois. Le temps est toujours superbe, mais on est samedi et il y a plus de monde dans la forêt. Au loin, les coups de fusils de la chasse au petit gibier résonnent. Les cerfs se font discrets et ne viennent pas à nous. Mais plaqué contre mon arbre, j'observe la vie du bois.

Les grimpereaux nous entourent et la famille des mésanges est là au grand complet.


Mésange huppée, mésange charbonnière et mésange bleue.

Il y a aussi le discret troglodyte et l'incontournable sittelle torchepot.

Puis, deux renards passent dans les fougères, près de nous, sans se douter de notre présence. 

La matinée n'est pas finie et en remontant vers la voiture,
 on fait une nouvelle rencontre. 


Il fait toujours aussi beau et la lumière est superbe. Faire une image, c'est attendre le moment où l'animal va se lever, choisir une position qui ne pourra plus changer. J'ai callé mon appareil et je vois son bois dans mon objectif. En sortant la tête, je peux voir l'animal bramer à quelques mètres de moi.


Puis il sort enfin et se montre. Tout est parfait, même s'il ne brame pas au moment où il passe dans mon piège à image.
Il est grand, élégant et fier, et ne semble pas inquiet de notre présence.


C'est le dernier soir, la fatigue se fait sentir.
 La forêt est calme. Les cerf sont loin en contrebas. Mais on ne change pas notre tactique. On s'installe chacun près d'un bouquet d'arbres et on attend, on attend, on attend...
On s'endort... Le soleil passe derrière la montagne...
Il n'y aura pas d'images pour cette dernière sortie...

Quand soudain, sur notre gauche, deux cerf se mettent à bramer. 
Ils sont remontés sans bruit et se font face.


C'est là que tout se déclenche. Le gros 12, vu la veille, met son rival en fuite et s'approche de nous et de son coin préféré pour lancer les hostilités. C'est énorme. Ils lance les premiers appels vers la vallée et tous les autres cerfs se réveillent. Ils se répondent. ils sont tout près de nous. Valentin est mieux positionné que moi : il filme l'animal pendant presque 30 minutes. 


La lumière s’efface, mais elle me permet quand même d'immortaliser ces instants magiques.


Je peux à peine bouger, mais je réussis ces deux clichés que j'adore.


... J'en ai encore des frissons...


Merci pour ta visite Valentin, 
et merci de me faire partager tout ça.

JOUR 4

On est mercredi soir et je reviens de la forêt. Je suis parti dans les bois espérant compléter mon reportage.
Dès mon arrivée sur le spot, j’aperçois un cerf à découvert. Je m'approche patiemment de lui et je grimpe contre un arbre. Je l'ai dans mon viseur quand une grosse voix se fait entendre juste sous moi. Je me cale le plus confortablement possible. Je suis parfaitement installé. Les petits bruit que je fais attire son attention et il laisse son adversaire un temps pour venir voir ce qui se passe.


 C'est "la Tige"! Je peux voir sa grande pointe à juste quelques mètres de moi.
Il me tourne autour ; s'approche, repart. Il répond aux autres cerf et recommence.


Il fait le tour, il renifle, il brame.
Il est superbe. Je suis confortable. 
J'ai tout le temps qu'il faut.


Le manège dure plus de 15 minutes, puis il passe sous les fougères pour ressortir pile à côté de moi.
 La lumière est incroyable. Il n'y a rien entre lui et moi. Bien éclairé sur fond d'ombre...


 Il me voit, il me regarde et ne s'inquiète plus.

Les nuages se déchirent et un brin de soleil vient éclairer la scène.



 ...

 Ce soir, j'ai vu cinq cerfs différents et parmi eux, cette belle bête :


Il a les bois recouverts de boue, ce qui leur donne cette couleur blanche.


...

Je dédicace cette extraordinaire session 2012  à Valentin, Jérôme et Rémi.
Je pensait bien fort à vous face à ce cerf.

Merci de m'avoir transmis votre passion et d'avoir partagé vos connaissance de la nature avec moi.